bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-foot-dinfographies-front
Infographies World Cup Project

Quelques chiffres clés de la dernière Coupe du monde

World Cup Project #17. Trois ans et onze mois après le coup d’envoi de la Coupe du monde 2014 au Brésil, et à un mois du début du Mondial russe, retour sur le bilan chiffré de la dernière phase finale.

Comme la Coupe du monde 2018 arrive désormais à grands pas, j’ai choisi de faire un retour quatre ans en arrière, afin de me pencher sur les statistiques d’alors. J’aurais bien voulu pouvoir confronter ces chiffres sur plusieurs phases finales, mais malheureusement, la FIFA ne donne accès à ces statistiques complètes que pour l’édition 2014. Qu’à cela ne tienne, faisons le bilan chiffré du Mondial brésilien dans dix catégories.

Les chiffres des sélections

Tirs cadrés

L’Allemagne a été la sélection la plus précise dans ses tentatives (72,4%). D’ailleurs, on peut voir que les deux sélections qui ont cadrés le plus sont le champion du monde (Allemagne) et le troisième (Pays-Bas, avec 71,1 % de tirs cadrés). C’est-à-dire les deux seules équipes parmi les qualifiés au deuxième tour à avoir terminé sur une victoire. Dans le bas du classement, on trouve cinq équipes qui ont accroché la cible dans moins de 50 % des cas. L’Angleterre, sortie dès le premier tour (48,7%), suivie de deux sélections nord-américaines, le Mexique (47,8%) et le Costa Rica (47,4%)., malgré leur parcours honorable respectivement jusqu’en huitièmes et en quarts de finale. Ce sont d’ailleurs les Pays-Bas qui ont mis fin à l’aventure de ces deux équipes. Deux sélections africaines ferment la marche, le Cameroun (42,5%) et le Ghana (40,7%).

Concernant les frappes lointaines, les équipes qui y ont eu le plus recours tout en cadrant ces tentatives sont assez surprenantes. Ce n’est pas l’Allemagne, les Pays-Bas ou l’Angleterre qui occupent les premières places de ce classement. On y retrouve le Honduras (36,4 % de tous leurs tirs sont des frappes cadrées hors de la surface) et l’Italie (38,7%). Au sommet, le Japon, avec 45,7 % de ses tirs cadrés depuis l’extérieur de la surface, devance le Nigeria (42%). Parmi les sélections qui ont le moins tiré de loin tout en cadrant, on retrouve la France qui, avec 15,6 % de ses tirs, ne devancent que l’Australie (14,8%), le Chili (13,2%) et la Croatie (12,2%).

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-précision-tirs-sélections

Attaques

La Belgique a été l’équipe la plus offensive en 2014 avec une moyenne de 53 attaques par match (266 en 5 matchs). L’Argentine, qui s’est traînée l’image d’une équipe un peu défensive en raison de ses huit buts inscris en sept matchs, fut la deuxième nation la plus offensive avec une moyenne de 48 attaques par match, tandis que le Ghana complète le podium (47). Le Costa Rica, qui s’appuyait grandement sur sa défense, fait partie des trois sélections ayant le plus faibles nombre d’attaques par match en moyenne (26). Il est suivi par l’Algérie (25,8), malgré ses atouts offensifs, et l’Iran (24,7).

Les Iraniens figurent aussi parmi les plus souvent pris au piège du hors-jeu : les attaquants ont été sanctionnés dans 13,5 % de leurs attaques. C’est plus que la Grèce (10,2%) et les Pays-Bas (10%), mais bien moins que l’Italie (21%). Additionné au faible nombre d’attaques par match (33), ce chiffre montre pourquoi la Nazionale est passée à côté de son Mondial, avec seulement deux buts marqués lors de la phase de groupes.

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-attaques-sélections

Jeu collectif

Comme le suggère le faible nombre d’attaques par match, l’Algérie et l’Iran n’ont pas brillé par leur jeu collectif. Ils figurent tous deux en queue de peloton en termes de passes réussies, en compagnie de l’Équateur, avec moins de 70 % de réussite. L’Allemagne, l’Espagne et l’Italie ont eux les nombres moyens de passes par match les plus élevés, avec des taux de réussite supérieurs à 80 %. L’Argentine les suit de près, avec 617 passes tentées par match en moyenne pour 77 % de réussite. La France a un taux un peu plus élevé que celui du dernier finaliste de la Coupe du monde (79%) mais avec un nombre de passes/match moins conséquent (552).

En revanche, les Bleus ont été efficaces sur les centres, alors qu’ils en ont tentés un grand nombre : avec 28 centres par match, ils ne sont devancés que par la Grèce (30). Mais alors que les Grecs ont rarement trouvé preneur dans la surface adverse (16 % de centres repris), les centreurs Français ont touché un partenaire dans 31 % des cas. Il s’agit d’un des meilleurs taux de la compétition, derrière le Ghana (35%) et à égalité avec le Cameroun et la Corée du Sud.

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-passes-sélections

Défenses

L’Algérie et l’Iran figurent parmi les sélections ayant dû se dégager le plus souvent, avec respectivement 21 et 22 dégagements par match en moyenne. Les deux équipes sont aussi celles qui ont taclé le plus en moyenne, avec 24 tacles par match. Cela montre qu’elles ont beaucoup subi, d’où leur faible nombre d’attaques et de passes effectuées.

Au trois premières places des sélections ayant commis le plus de fautes par match, on trouve des équipes d’Amérique centrale et du Sud : le Costa Rica et l’Uruguay (19 fautes/match), suivi de la Colombie (18). Cependant, elles n’ont pas toutes commises des fautes de même gravité, ou n’ont pas été sanctionnées avec la même sévérité (impossible à déterminer car cela dépend de l’interprétation de l’arbitre sur le moment). Toujours est-il que, si le Costa Rica et l’Uruguay ont pris un carton jaune toutes les neufs fautes en moyenne, la Colombie l’a été deux fois moins (un carton toutes les 18 fautes). Il faut noter aussi que le Brésil n’a vraisemblablement pas bénéficié d’un arbitrage complaisant à domicile. Avec 18 fautes sifflées contre elle par match et un carton distribué toutes les neuf fautes, la Seleção fait partie des équipes les plus sanctionnées par le corps arbitral.

Parmi les bons élèves, on peut citer le Portugal (15 fautes/match, un carton toutes les 23 fautes), mais aussi le Nigeria (14 fautes/match, un carton toutes les 19 fautes), l’Allemagne (13 fautes/match, un carton toutes les 15 fautes) ou les États-Unis (12 fautes/match, un carton toutes les 12 fautes).

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-défenses-sélections

Les chiffres des joueurs

Buteurs

Sur les joueurs ayant inscris plus d’un but lors de la Coupe du monde 2014, les plus réguliers sont James Rodriguez (un but toutes les 67 minutes), meilleur buteur avec six réalisations, le vétéran australien Tim Cahill (un but toutes les 80 minutes) et le joker allemand André Schürrle, auteur de trois buts à l’allure d’un but toutes les 81 minutes. Plusieurs joueurs ont marqué plusieurs buts avec une fréquence inférieure ou égale à un but par match (Wilfried Bony, Memphis Depay, Luis Suarez, Enner Valencia).

À l’inverse, parmi les buteurs notables les moins réguliers, on trouve Cristiano Ronaldo (un seul but en 270 minutes), Arjen Robben (trois buts, un toutes les 230 minutes), Lionel Messi (quatre buts, un toutes les 173 minutes) ou encore Karim Benzema (trois buts, un toutes les 150 minutes).

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-buteurs-joueurs-foot-dinfographies

Tireurs

104 joueurs ont cadrés toutes leurs frappes lors de la Coupe du monde 2014, même si la plupart n’ont tenté leur chance qu’une fois. Ceux ayant tout cadré en tirant le plus souvent sont Gervinho, Giovani Dos Santos et Romelu Lukaku, qui comptent six tirs chacun. Arjen Robben (20 tirs) et James Rodriguez (17 tirs) se sont montrés très adroits devant le but, avec 95 % et 94 % de tirs cadrés. On peut aussi signaler le bon ration d’Ángel Di María (84 % pour 25 tirs), de Robin van Persie (81 % pour 16 tirs) et de Karim Benzema (78% pour 32 tirs).

En revanche, les trois grands attaquants de notre époque ont beaucoup vendangé : Neymar affiche le meilleur taux de tirs cadrés (72 % pour 18 tirs), devant Cristiano Ronaldo (61 % pour 23 tirs) et Lionel Messi (45 % pour 22 tirs).

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-tireurs-joueurs-foot-dinfographies

Passeurs

La Coupe du monde 2014 regorgeait de bons passeurs, qui ne seront pas présents ou apparaîtront pour la dernière fois dans la compétition en 2018. Il y a quatre ans, Daniele De Rossi a été le joueur qui distribuait le plus de ballons par match (108), avec un taux de réussite excellent (94 %). Il était suivi de Philipp Lahm (93 passes/match, 86 % de réussite) et d’Andrea Pirlo (92 passes/match, 90% de réussite). Tous trois ne verront pas la Russie cet été, contrairement à Toni Kroos, auteur de quatre passes décisives en 2014 et de 90 passes par match, dont 90 % réussies.

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-passeurs-joueurs-foot-dinfographies

Défenseurs

Faouzi Ghoulam, latéral gauche algérien, a réalisé trois tacles pour autant de réussite lors du dernier Mondial. S’ils sont une trentaine à avoir réussi tous leurs tacles, il est le seul parmi eux à en avoir effectué plus de deux. En s’intéressant aux meilleurs taux de réussite pour au moins cinq tacles tentés, les trois joueurs qui ressortent sont les Suisses Valon Behrami (77,8 %) et Gokhan Inler (66,7 %), ainsi que le milieu ivoirien Cheikh Ismaël Tioté (66,7 %), malheureusement décédé en juin 2017.

Gardiens

Élu meilleur gardien de la compétition en 2014, Manuel Neuer ne sera peut-être pas présent en Russie pour défendre son titre. Avec 25 arrêts effectués, il talonnait le portier américain Tim Howard (27) et devançait l’Algérien Raïs Mbolhi (23). Howard a, en revanche, effectué des arrêts de façon beaucoup plus régulière que Neuer, puisqu’il a été mis à contribution toutes les 14 minutes en moyenne (contre 28 minutes).

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-défenseurs-gardiens-joueurs-foot-dinfographies

 

Parmi les gardiens les plus sollicité, on trouve Faryd Mondragón, entré cinq minutes en fin de match pour chiper le record du joueur le plus âgé à jouer un match de Coupe du monde, et qui a dû s’employer une fois. Figure aussi le gardien coréen Kim Seung-gyu et ses sept arrêts en un match, soit un toutes les 13 minutes. Pour les titulaires, les plus sollicités après Tim Howard furent l’Équatorien Alexander Domínguez (un arrêt toutes les 15 minutes), Raïs Mbohli et Vincent Enyeama (un arrêt toutes les 17 minutes). Les plus « tranquilles », ou les moins décisifs, ont été Hugo Lloris (un arrêt toutes les 45 minutes), Stipe Pletikosa (un arrêt toutes les 54 minutes) et… Júlio César (un arrêt toutes les 66 minutes) ! En ce qui le concerne, la fréquence doit être dû au fait qu’il n’a pas effectué beaucoup d’arrêts lorsque cela aurait été utile. Mais, n’ayant pas de statistiques globales sur le nombre de tirs concédés par les équipes, difficile de mesurer le caractère décisif des gardiens.

Travailleurs

Lors de la Coupe du monde 2014, trois joueurs ont parcourus 13 kilomètres ou plus par match en moyenne : l’Américain Michael Bradley (13,7), le Costaricien Marcelo Diaz (13,1) et l’Australien Matt McKay (13). En observant le nombre de kilomètres parcourus sans le ballon des titulaires sur trois matchs au moins, on peut identifier les joueurs participant le plus au travail de l’ombre. Parmi les joueurs s’étant le plus « sacrifié » pour leur équipe, les Iraniens Adranik Teymourian (48,5 % de ses kilomètres sans le ballon et Ehsan Hajsafi (46,7 %). Entre eux, s’intercale l’Australien Tommy Oar (46,7 %), mais avec moins de kilomètres parcourus.

Quid du top 3 mondial ? Les écarts ne sont pas très importants entre les trois. Le plus participatif fut Cristiano Ronaldo, avec 32,3 % de kilomètres parcourus sans le ballon, suivi de Neymar (31,9 %). Lionel Messi ferme la marche, avec 30 % de distance sans ballon.

bilan-statistique-coupe-du-monde-2014-kilomètres-parcourus-joueurs-foot-dinfographies

 

Crédit photo :

Flickr, himanisdas, Germany players cheering after winning 2014 World Cup finale in Marcana Stadium, Rio De Janeiro, Brazil, Licence CC 2.0

1 réflexion au sujet de “Quelques chiffres clés de la dernière Coupe du monde”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.